H. VI

et si, en définitive, tu te trouvais être vulnérable
ces quelques mots pour désamarrer le poème
les eaux se faufilaient sans bruit sous les roselières dorées
les mots pour te faire trébucher, délicatement
hésiter, seulement je ne sais pas comment te trahir :
poursuivrons-nous les oiseaux-périls ?
étant donné nos courbatures amoureuses
qu’il s’essouffle l’instrument à vent
du nord, la girouette et le garçon se trémoussaient de concert
chut ! il est interdit de jouir ainsi
(silence)
en abondance et impénétrables
les roseaux rêvaient d’abriter les voyageurs
du sud, ils transportent leurs pauvres bagages
qu’est-ce que la forêt veut dire ?
(éclairage à la lampe de poche)
on raconte qu’ils aiguisent leurs couteaux
et vous, où iriez-vous ?
si vous ne fussiez dévorés précocement par des poissons voraces
de boue, pétrifiés sur les clichés quotidiens
des familles recomposées numériques
dans ce film, les héros se ravitaillent au supermarché
quand ils ne préfèrent pas prendre soin de leurs chiens
sur les traits muets de René Falconetti dans une chambre de Buenos Aires
un homme a écrasé sa chaussure sur sa bouche
pour me faire parler
(…)
tu aimerais savoir si je suis allé à Calais
au diable les poètes qui se font passer pour morts !
(le filage)
7 MARS 21 : 37
de grands arcs décochent leurs flèches
et je suis le cavalier en déroute
pourras-tu écrire mon éloge funèbre ?
avec une voix digitale
IMG_3799

Publicités
Cet article a été publié dans poèmes par temps de crise. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s