Idomeni

quelque chose est arrivé

mais la distance

            de légères secousses

qui ressemblent à l’évènement

loin de là

au menu des lignes courbes

pour le mesurer, il faut se rendre

plus près de l’épicentre

                                 (sur l’écran)

tu es mon

laissez-passer

à peine le passeur

il faut vous réveiller

                              (en video live)

ne commençons rien

nous sommes déjà trop transportés

le risque que les murs s’effondrent

                              (en video live)

tu veux qu’on s’attache ?

non, j’expérimente

un séisme de l’épine dorsale

                                 (sur l’écran)

pourvu qu’ils périssent ensemble

des jours probables

chorégraphie l’itinéraire

pour nous abriter de la multitude 

tu écouteras le crépitement 

de la pluie sur les feuillages escarpés

         tremblons

si ils sont encore en danger

tout compte fait 

                        hurlons

où la frontière se dresse

des mots inutiles

ils papillonnent et expirent

sous les phares des véhicules 

                                  endurcis

Publicités
Cet article a été publié dans poèmes par temps de crise. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s