le voir et le dire

je ne chante pas les combats d’un héros
elle lui fit promettre de se taire
hésite entre le voir et le dire
la voir
blanchir les corps noirs gonflés d’eau
«notre mer»
le dire
ramassé les cocons sur les branches du murier blanc
reste que les mots
et la tempête déchaînée
mettent le feu aux embarcations précaires
EXTERNAL BORDER CONTROLS
encore «notre mer»
tu lui aurais raconté sous la pluie
au garçon qui se plaisait le plus à être avec les images plutôt qu’avec les personnes
Polizia di Stato
échoués sur le sable de Lampedusa
ils l’ont baptisée «notre mer»
moi je ne lis pas les mots explicites
les héros sont maliens, guinéens ou erythréens
sur le chemin des Hespérides
le voir
courbé sur la carte
l’exosquelette colonial qu’ils sont partis forcer
ou se soumettre
peut-être que les mots ne concordent pas avec les images
heureusement
mais ils se risquent à les défaire
le dire

672122-des-secouristes-sur-la-plage-d-al-qarbole-ou-gisent-des-corps-de-migrants-clandestins-a-60-km-a-l-es

 

Publicités
Cet article a été publié dans poèmes par temps de crise. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s