des lilas

tout et si ce pourquoi, cela ne te plait guère, de ne te déplacer qu’après de longues minutes de réflexion, comme une pièce mineure du jeu d’échec, qui n’a pas définitivement rendu les armes, sous la langue le goût du fer, c’est le temps qu’il fait entre le début et la fin, partie défendre ton roi à cheval, au cas où sur ces sentiers les iris sont fleuris, prends ton gilet pourpre et matelassé, il y des coquilles qui migrent sous la manche, entends-tu, la guitare désaccordée, on redoute des éclaircissements, en rester où le nord, tu t’assures que l’étendard déchiré, et ce sont les plus décidés

limon, les eaux m’ont déposé
en passager chancelant

Publicités
Cet article a été publié dans poèmes par temps de crise. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s