Comment on devient sorcier ?



 

 

 

« Lorsqu’on arrive au prieuré, on a devant soi :
1° Une grille pour l’entrée des voitures :
2° Une porte sur la gauche, pour le passage des visiteurs ;
3° Une boite sur la droite, avec ouverture à bascule, pour l’introduction des lettres et des journaux.
La maison d’habitation est située à 400 mètres de cet endroit ; une allée large et sinueuse y conduit à travers un petit parc ombragé d’arbres séculaires.
Cette courte description topographique fera comprendre au lecteur la nécessité des procédés électriques que j’ai organisés à mes portes pour remplir automatiquement les fonctions d’un concierge : La porte des visiteurs est peinte en blanc.
Sur cette porte immaculée apparaît, à hauteur d’homme, une plaque en cuivre et dorée, portant le nom de Robert-Houdin ; cette indication est de la plus grande utilité ; nul voisin n’étant pour renseigner le visiteur.
Au-dessous de cette plaque est un petit marteau également doré dont la forme indique suffisamment les fonctions ; mais, pour qu’il n’y ait aucun doute à cet égard, une petite tête fantastique entre deux mains de même nature sortant de la porte, comme d’un pilori, semblent indiquer le mot : Frappez, qui est placé au-dessous d’elles.
Le visiteur soulève le marteau selon sa fantaisie, mais si faible que soit e coup, là-bas, à 400 mètres de distance, un carillon énergique se fait entendre dans toutes les parties de la maison, sans blesser, pour cela, l’oreille la plus délicate.
Si le carillon cessait avec la percussion, comme dans les sonneries ordinaires, rien ne viendrait contrôler l’ouverture de la porte, et le visiteur risquerait de monter la garde devant le Prieuré.
Il n’en est pas ainsi : La cloche sonne incessamment et ne cesse son appel que lorsque la serrure a fonctionné régulièrement.
Pour ouvrir cette serrure, il suffit de pousser un bouton placé dans le vestibule. C’est presque le cordon du concierge.
Par la cessation de la sonnerie, le domestique est donc averti du succès de son service. Mais cela ne suffit pas : il faut aussi que le visiteur sache qu’il peut entrer.
Voici ce qui se passe à cet effet : en même temps que fonctionne la serrure, le nom de Robert-Houdin disparaît subitement et se trouve remplacé par une plaque en émail, sur laquelle est peint en gros caractères le mot : ENTREZ ! »

Eugène Robert-Houdin, Comment on devient sorcier. Omni

Publicités
Cet article a été publié dans éclairage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s