Regards et pierres

J’ai suivi depuis une dizaine d’années déjà l’œuvre photographique de Valérie Jouve ; d’abord ces façades prélevées aux agglomérations, plutôt à la périphérie de nos grandes villes, murs, balcons et fenêtres ; ensuite ses portraits de personnages, figures et passants fondus dans le paysage urbain, images de résistance de vie, de dignité, mobiles et réflexives, qui incitent à nous interroger sur notre condition d’hommes urbains.
Ces jours-ci, elle expose au Centre Pompidou un ensemble de photographies pour la plupart prises dans les territoires autonomes palestiniens.
Sur les murs du salon d’art graphique alternent paysages et figures.
Des paysages où l’on peut voir, disposées dans le cadre, plusieurs strates urbaines qui témoignent de l’évolution d’un monde ou de son immobilité, la superposition de ces couches laissent à penser, ce qui relève de l’ordinaire de la vie de toute communauté humaine, ce qui interdit tout développement, tout avenir, l’irréductibilité de la pierre, du mur.
Se joignent des figures, des présences qui s’inscrivent dans le paysage rural ou urbain, qui font face à la pierre mais qui ont les yeux ailleurs, hors du cadre, le regard qui s’échappe du paysage, des murs et de la clôture urbaine, géographique ou géopolitique. Il y a un effet de montage, d’échos qui invitent à la réflexion, sans fermeture préalable du discours, sur la situation de ces hommes et de ces femmes, pas seulement dans ce contexte géopolitique particulier parce que le travail de Valérie Jouve ici ne s’éloigne pas de celui qu’elle a réalisé plus proche de nous.
Dans l’une des salles, un diptyque, double présence extraordinaire d’une femme voilée et de dos (la répétition permet ici un effet de gros plan sur l’arrière de son crane voilé) qui regarde son enfant jouer sur un toboggan.

Valérie Jouve. Jusqu’au 13 Septembre au Centre Pompidou.

Publicités
Cet article a été publié dans éclairage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Regards et pierres

  1. nrd dit :

    Oui toujours ce terreau essentiel où riper le regard. Salut Philippe.

  2. danyack dit :

    salut nicolas ; et ce travail alors, tu en es content ? Il t’accapare tout entier ? à bientôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s