versarmés

Sur les murs enduits de chaux, blancs
on peut apercevoir la sarabande des ilots, secrète
tracer le cercle et la tangente
sur le bout du papier, des figures griffonnées
l’enfant sourit
de leurs bouches qui remuent en silence
des traits et touffus
jaillit le tigre, il me dévore et disparait
entretient la flamme pour cicatriser mon bras amputé
mets tes mains dans ma bouche, elle me dit
pour contenir le cri
et la fièvre et le fleuve et le kalimba
chante-moi cette chanson du sud
nous sommes les fils de l’aurore
sur la barque, elle monte devant
au loin le murmure des fusils, je frissonne for the International Monetary Fund
sur le front, le poème est and its allies in Berlin, Brussels and Paris
la lame du couteau greek rescue package is an unprecedented
enfoncé dans financial crisis of a decade ago
son cou european population has grown
eu decades of regulations
eu

Publicités
Cet article a été publié dans poèmes par temps de crise. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s