Le bonheur

Tous les quatre, ils auraient revêtu de semblables habits, se seraient regroupés, assis les uns en face des autres, auraient disposé devant eux leurs partitions et saisi leurs instruments.
Au quatrième ou au cinquième étage d’un grand magasin, deux violons, un alto et un violoncelle qui exécutent un quatuor de Chostakovitch. Ce serait le sixième.
La surprise d’entendre en ce lieu de consommation la mélodie enjouée qui constitue le thème initial. Matière à chanter ou à danser conformément aux modèles du passé.
Polyphonie pervertie toutefois par la rugosité des coups d’archet. Des sonorités à la fois rauques et suraigües qui laissent à penser que les instruments se moquent de leur propre mièvrerie. Le pastiche du ballet ridicule des clients qui déambulent au rez-de-chaussée.
Qui allongent leurs pas, contournent les reflets dorés des présentoirs, glissent à travers les émanations des parfums mêlés. Des lignes ou des trainées fuyantes comme les motifs ébauchés par les quatre instruments à cordes. Qui déclenchent des bris de phrases.
Suspendues au plafond.
Vouté plusieurs dizaines de mètres au dessus de leurs têtes.
Courbées sous les flammes qui illuminent de reflets dorés tous les recoins du magasin.
Ordonné et organisé comme une armée qui parade.
Observé.
Effleuré.
Transporté.
Etourdi de tant d’attention.
Par l’atmosphère étouffante des lieux ou les courbes négociées hardiment du quatuor.
Retrouve à nouveau les soubresauts du boulevard. Quelques instants avant de rejoindre les voies du transport souterrain.
Un homme qui s’efforce de demeurer élégant au bas de l’escalier. Tient fermement une pancarte dans ses mains. 92 ans, aidez moi.

Publicités
Cet article, publié dans frictions, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le bonheur

  1. Maurel Naima dit :

    Je vais te faire honte mon petit Papa chéri mais je tenais à ça que tu saches que j’ai lu tous tes articles et que j’ai beaucoup aimais.
    J’ai vraiment hâte que ton premier roman sorte : Je suis sûre qu’il va faire un tabac ! ( Ne vas pas prendre la grosse tête , non plus .)
    N’oublie pas de m’apporter la ‘ Princesse de Clève  » mercredi ou je vais être obligé de lire  » Harry potter  »
    Je t’aime !! L’
    Bisoux bisoux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s