écrire en avançant

2203584460_e849a899d1_m.jpg

Où il s’avère à nouveau que j’ai une digestion plutôt lente. Une semaine.
Vendredi 18 janvier au centre Cerise, rue Montorgueil. 3ème Bouquinosphère. Tout à ma joie de rencontrer pour de vrai des visages amis. Sujet de réflexion : écrire sur ou avec internet.

François Bon introduit à sa manière la discussion. Pas un discours, une suite d’aphorismes qui cherchent à cerner la nature de l’écriture sur le net. Comment elle modifie notre rapport à la littérature. Ecrire et lire sur l’écran, en ligne. Lié à l’immense arborescence que constitue le web. Ses propos. Manière dont ils son dits. Englobés dans leur propre problématique. Réflexion immergée.
En travers. Fb trace des tangentes, répétées, pour ébaucher la figure. Forme encore non figée.

En mouvement

S’approprie des figures de l’histoire littéraire. Les pas de Montaigne.
Pensées de Pascal chuchotées à l’oreille. Même les hérauts du livre de poche.
Même mes héros. La vie pour Stendhal est trop grande pour le livre. Ecrire en chantant.
« Le véritable poète n’est, en écrivant, que l’auditeur… »
La petite entreprise de Balzac trop à l’étroit. Superstructures du monde industriel. Le labyrinthe terrestre. Déjà l’hypertexte.
« Se faire voyant »
Partir. Le sentiment que la poésie n’est pas à sa place dans le livre, que le papier n’a jamais été son élément. Son caractère paradigmatique. Liens. Ça veut dire ce que ça veut dire, en avant, en arrière, en dessous, sur les côtés.
La poésie excède le livre. Déborder. Unanimisme. Déjà l’hypertexte.
« Maintenant tu marches dans Paris tout seul parmi la foule »
Embrasser la vie. Parcourir la ville, ses formes, ses réseaux. L’ « infra-ordinaire ».
Perdre son temps. (Intertextualité)
Crise de vers. Le refus de Kafka. Brûler les livres. Rompre la chaîne.
Le livre est l’objet où l’on tient les mots prisonniers.
Remplacer le livre papier par le livre numérique ne change rien.
Plutôt donner accès à des écritures en mouvement. L’entreprise de François Bon : publie.net

En avançant

Ecrire en mouvement plutôt qu’assis. Lire assis ? S’asseoir sur les livres.
Les « assis ». Le combat de la poésie contre le livre est encore frais. Pourtant ménager l’éditeur, le libraire, ne pas bousculer le lecteur aussi.
Le libraire n’est pas un gardien de cimetière. Le libraire est celui qui transmet une parole vivante.
Ce n’est pas de cette manière que je vais trouver un éditeur (restrictions budgétaires). Pourtant le besoin de reconnaissance. Encore hier soir, des moments de déprime. Seul devant mon écran. Ecrire pourquoi ? Pour qui ? Qui a lu mes dernières lignes ?
J’ai beau cherché, je ne vois pas. (BLOG STATS)
Toujours pas d’éditeur pour le manuscrit qui dort en moi. Idées noires.

Le poète en terroriste.

Pour survivre et supporter. Tuer l’écrivain qui est en moi.
Ecrire en marchant, en avançant.

Publicités
Cet article, publié dans sous mes pas, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour écrire en avançant

  1. danyack dit :

    Les commentaires m’intéressent parce qu’ils sont une intrusion dans la trame du texte. Un attentat. celui, celle ou ceux qui s’infiltrent. Passagers clandestins. Acte de piraterie.

  2. fgriot dit :

    Qui a lu mes dernières lignes ?
    si moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s